47 Magazine - 45 : Février 2019

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

numerique-accessible.png
albret---Marylene-Paillares.jpg

Le déploiement des réseaux doit s’accompagner d’une démocratisation des usages. Le Département s’empare de cet enjeu pour que la révolution numérique profite à tous.

Marylène Paillarès, Conseillère départementale du canton de L’Albret

Étapes du plan d’inclusion numérique

  • Septembre 2018 - Janvier 2019 : Diagnostic territorial et mobilisation des acteurs
  • Février - Mars 2019 : Définition du plan stratégique d’animation du réseau
  • Mars - Avril 2019 : Mise en action de deux territoires pilotes

Lexique

Inclusion numérique

L’inclusion numérique, ou e-inclusion, est un processus qui vise à rendre le numérique accessible à chaque individu, principalement la téléphonie et Internet, et à leur transmettre les compétences numériques qui leur permettront de faire de ces outils un levier de leur insertion sociale et économique.


Tiers-lieu

Il est considéré comme un environnement social après la maison et le travail (c’est donc le 3e lieu de vie). Cet espace facilite les rencontres professionnelles entre personnes n’ayant pas forcément vocation à se croiser et donne accès à des outils innovants (FabLab – laboratoire de fabrication, accès Internet, ordinateurs…) ou tout simplement à un bureau et du matériel bureautique.


Illectronisme

Ce terme désigne l’illettrisme numérique, c’est-à-dire la difficulté à utiliser Internet dans la vie de tous les jours.

Retour En avant

INCLUSION NUMÉRIQUE ET TIERS-LIEUX

Rendre le numérique accessible à tous

Aujourd’hui, tout le monde parle du numérique, à l’école, en entreprise, à la maison…
Cet « outil innovant » s’est largement répandu dans nos vies et dans tous les secteurs d’activité, y compris dans les administrations. Ne pas savoir l’utiliser et en maîtriser les usages peut se révéler handicapant et être facteur d’exclusion ! Aussi, le Département souhaite accompagner chacun dans ses usages en mettant en place un Plan départemental d’inclusion numérique et développer les lieux où chacun pourrait être connecté en soutenant la création de tiers-lieux. Explications.

De nombreux lot-et-garonnais éprouvent des difficultés dans leurs usages du numérique, notamment pour réaliser des démarches administratives ou fiscales. C’est le cas de Mario, 80 ans, qui ne possède pas d’ordinateur, de téléphone portable et donc pas de connexion Internet. Télédéclarer, par exemple, ses revenus est impossible. Il est obligé de se déplacer ou de demander une « assistance numérique ». Il n’est pas le seul dans ce cas. 32 % des Français déclarent être dans l’incapacité de réaliser seuls leurs démarches administratives en ligne. Le numérique ne doit pas devenir un facteur d’exclusion supplémentaire, mais bien au contraire, il faut qu’il joue son rôle de réseau ouvert et profitable à tous.


La volonté du Département est de lutter contre « l’illectronisme » et le risque de décrochage numérique d’une certaine catégorie de la population. Son objectif est de développer, sur l’ensemble du territoire, tout un environnement numérique dynamique, créateur de services et de solidarité pour les citoyens, mais aussi pour le monde associatif et économique.
Des dispositifs d’accompagnement des publics en difficulté avec cet outil ont le mérite d’exister, un peu partout en Lot-et-Garonne. Mais, leurs actions sont hétérogènes et interviennent sans réelle coordination. La première mission du Plan départemental d’inclusion numérique, est donc de recenser ces lieux, de favoriser leur mise en réseau et de leur proposer une aide méthodologique et une boîte à outils « Aidants numériques » commune. Objectif : harmoniser les interventions sur le territoire pour proposer les mêmes services à tous les Lot-et-Garonnais quelle que soit leur situation géographique.


La lutte pour l’inclusion numérique passe également par le développement d’un réseau de tiers-lieux qui offrirait des services de proximité. De tels lieux, parmi lesquels figurent les « espaces de coworking », existent déjà en Lot-et-Garonne. L’un des derniers-nés est Le Wez à Damazan. « Notre ambition est de mettre à disposition un lieu unique où le professionnel côtoie la convivialité, où le partage et la confidentialité assurent la sérénité indispensable au ˮbien vivre en travaillantˮ », expliquent les créateurs Marie-Neige Combabessouse et Pascal Pettini. Même état d’esprit pour le Co-Clic-Co à Sérignac. « Ce tiers-lieu d’un mode nouveau propose de nombreux services : espace convivial avec un coin cuisine et détente, open-space, salle de réunion, bureau où se côtoient des travailleurs actifs dont l’objectif est de réussir dans un monde en perpétuel mouvement. Nous mettons à leur disposition tout le matériel nécessaire », précise Jean Dreuil, vice-président du conseil d’administration et conseiller départemental de L’Ouest agenais. Meilhan-sur-Garonne, Marmande, Agen... ont déjà leurs structures et Grateloup va ouvrir le sien d’ici quelques mois. Grâce à elles, des créateurs d’entreprises, des artisans, des agriculteurs, des autoentrepreneurs, des travailleurs indépendants… ont pu trouver un espace facilitant les échanges, le partage de compétences et de savoir-faire.


Le tiers-lieu du Campus numérique 47 est en train de prendre de l’envergure. Au-delà de ses missions de formation et d’innovation, le Campus promeut les usages numériques, ce qui inclut la sensibilisation du grand public à toutes ces évolutions. Dans ce cadre-là, il a déjà organisé des ateliers d’initiation à l’informatique pour les séniors avec la collaboration de l’école In’tech. D’ici la fin de l’année, il disposera également d’espaces et de ressources qui profiteront à ses partenaires (Département, Pôle emploi…) et à tous les Lot-et-Garonnais. Objectif : rapprocher les publics (seniors, jeunes, bénéficiaires du RSA, demandeurs d’emploi…) potentiellement éloignés du numérique.


Appel à projets tiers-lieux

Depuis le 1er janvier, la Région Nouvelle-Aquitaine a lancé un appel à projets tiers-lieux.
Vous pouvez y participer jusqu’au 1er septembre 2021.
Renseignements : ami.tierslieux@nouvelle-aquitaine.fr
Les actions du Département viennent en complément des programmes développées par l’État et la Région. Ainsi, le Conseil départemental a voté en fin d’année un programme destiné à aider financièrement les porteurs de projets à créer des tiers-lieux.



Expérimentation : L’Albret, territoire pilote

Le Plan départemental d’inclusion numérique n’est qu’au début de son élaboration. Avant de mettre en place une méthode sur l’ensemble du Lot-et-Garonne, elle sera expérimentée sur l’Albret.
Ce territoire a été choisi, car le Centre médico-social (CMS) de Nérac, la Caisse familiale d’allocation, Pôle emploi, la Maison des services au public (MSP), et d’autres partenaires locaux avaient déjà commencé à travailler sur ce sujet ; leurs différents publics ayant des difficultés pour remplir en ligne les documents administratifs. Recherche d’emploi, carte grise, déclaration d’impôt… la dématérialisation touche tous les secteurs. Face à ce constat, le CMS et les structures d’insertion par l’activité économique de l’Albret (Agir Val d’Albret et Interm’aide) cherchent des solutions. Comment former les personnes en difficulté avec l’outil numérique ? Comment former les personnels des structures afin de répondre au mieux aux attentes du public ? Comment communiquer ? Comment améliorer et étendre ce qui est déjà mis en place ? Autant de questions qui sont abordées par le « collectif pilote ». Des solutions seront apportées, expérimentées et étendues à l’ensemble du département en fonction des résultats.


Le mot de Marylène Paillarès Étapes du plan d’inclusion numérique
Lexique

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même