47 Magazine - 52 : Janvier 2021

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

page-12---webinaire.png Le webinaire du 7 janvier, animé par la Caisse d’allocations familiales, portait sur la réforme de l’aide au logement. Ici, suivi par l’aide numérique du Campus Numérique 47 à Agen. © Dépt. 47 - Xavier Chambelland
Retour En avant

Inclusion numérique

Quand les aidants numériques se forment

Tous les jeudis depuis le 7 janvier, le Département et ses partenaires du réseau déClic47 donnent rendez-vous aux aidants numériques. Les ateliers proposés se déroulent en visioconférence. Ce format et les thématiques abordés séduisent. Explication.

Le fait de rendre de plus en plus de services publics disponibles en ligne est un atout pour certains, car synonyme de simplification et de rapidité de l’accès aux droits. En revanche, pour d’autres, cela rime avec difficulté. Alors pour les aider, le Département et ses partenaires organisent des formations (14 en 2020 et 12 pour les 4 premiers mois de 2021). Intitulées « Les Jeudis de l’inclusion numérique », elles sont destinées aux aidants numériques qui formeront, à leur tour, les usagers de leurs structures dont les demandes sont quasiment toujours les mêmes : aide à l’utilisation d’un ordinateur, aide dans les démarches administratives en ligne (Caf, CPAM, Impôts...), etc. Blandine Champenois de la maison de la vie citoyenne intercommunale de Miramont-de-Guyenne et Fanny Cardron de la Médiathèque de Boé ont ainsi suivi les formations animées par la Caisse de retraite et santé au travail-Carsat, la Caisse d’assurance maladie sur le compte Ameli, la Caisse d’allocations familiales… Soazig Jegat, médiatrice sociale du Point Commun de la mairie de Tonneins était elle aussi inscrite à toutes les formations « pour avoir un maximum d’informations car nous accueillons tout type de publics et sommes amenés à avoir des questions de tout ordre : accès aux soins, aux droits, transports... ».

Cette année, Corinne Hébert, référente #APTIC (Pass numérique) pour les tiers lieux Quai 31 à Marmande et Audaces à Meilhan-sur-Garonne espère pouvoir participer à toutes les formations. Elle avoue que « nous ne sommes jamais assez formés pour transmettre nos connaissances et répondre au plus près aux attentes des personnes en rupture ou éloignées du numérique. » « En 2020, j’ai apprécié la variété des thèmes tantôt sur les opérateurs qui dématérialisent leurs démarches tantôt sur des thèmes plus généraux sur l’impact du numérique sur les citoyens », précise Gérard Dupont de Cocumont. La programmation 2021 conserve le même principe : « réforme de l’aide au logement », « Victime de violence au sein de la famille, témoins : des outils pour vous aider », « Comment accompagner les familles sur les plateformes numériques d’orientation scolaires ? », « Les outils numériques adaptés aux séniors »

Tous les aidants numériques ne suivent pas la totalité des formations. Par exemple Estelle Van Gestel de la SIAE, Association service environnement les choisit en fonction « des besoins de nos salariés en insertion. Le but était que j’obtienne des informations pour les transmettre aux personnes concernées.  » Corinne Hébert est également très « impliquée dans la création de structures qui luttent contre la fracture numérique car on ne peut pas laisser les gens (quels qu’ils soient) sur le bord de la route ». Tous les participants à l’édition 2020 des Jeudis de l’inclusion numérique sont unanimes et mettent en avant « la qualité des intervenants ». Le format en visioconférence a également séduit. « Cela permet d’éviter tout déplacement. Notre association se situant sur Fumel nous avons souvent un peu de route à faire pour les réunions. » Alors Angélique Fauquet Lescouzères, coordinatrice administrative de Convergence à Fumel, a apprécié ces formations à distance. « La possibilité d’intervenir personnellement via le ˮchatˮ et de poser des questions en direct est également utile ». Stéphanie Mazeau de La Poste France Services de Laplume partage l’avis de Fanny Cardron. Isabelle Soufflet du centre communal d’action sociale - relais Caf et CPAM de Monflanquin a quant à elle apprécié les rediffusions. « Le “replay” est super utile. Il permet de mettre en pause et de passer du temps sur la page web du site étudié et présenté. Jongler avec les onglets est plus délicat en direct », précise Philippe Moll du Conseil d’administration de l’Espace de vie sociale de Grateloup-St-Gayrand. Ces formations permettent aussi « de mettre un visage sur le nom de nos interlocuteurs », comme l’indique Stéphanie Mazeau. « On connaît désormais mieux les acteurs du territoire », conclut Soazig Jegat.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même