47 Magazine - 50 : Mai 2020 - Spécial

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

image0023.png
Retour En avant

Le message de la jeune génération

Le 12 mars 2020, le Président de la République a annoncé la fermeture de tous les établissements scolaires par mesures de sécurité.

A partir du 16 mars, nos jeunes ont donc été confinés, comme le reste de la population, chez eux. Le journal 47 a souhaité donner la parole aux Conseillers départementaux jeunes, élus dans les collèges, les Maisons familiales et rurales et l'institut médico-éducatif de Fongrave (IME).

Cette jeune génération nous livre son point de vue, juste et éclairé, sur cette situation inédite et s’aventure à imaginer l’avenir… Lisons ce qu’ils ont à nous dire.

Parole aux Conseillers départementaux jeunes

La solidarité, l’écologie, les circuits courts, le fait-maison, le respect de l’autre… Voici les grandes thématiques qui reviennent dans les écrits des Conseillers départementaux jeunes. Des préoccupations bien dans l’air du temps, des choses essentielles qui au fil des décennies ont été oubliées au profit de choses plus superficielles. Nos jeunes prônent pour beaucoup le retour aux sources, aux contacts humains et à la simplicité. C’est Luc qui résume parfaitement cette idée dans cette phrase : « une simple balade hors de chez moi était finalement une activité agréable ». Son « finalement » prend ici tout son sens et connote fortement son idée ! Finalement, les acticités les plus simples, les plus basiques, sont les plus appréciées.

Durant ces deux mois de restriction de déplacements, nos jeunes ont donc découvert les joies d’une promenade dans la campagne. Aujourd’hui, les regards changent. Habiter la campagne a été une réelle « chance » ! Llian le dit très bien : « j'ai de la chance d'habiter en campagne et avec un jardin, donc c'est moins difficile à supporter [le confinement] que les personnes vivant dans un appartement ou un studio. » Même avis pour Justine, « mon terrain étant assez vaste, je ne me sens pas enfermée et/ou cloîtrée dans ma maison. »

Paradoxalement, beaucoup de ces jeunes ont trouvé des points positifs au confinement. Ils évoquent les bons moments passés en famille, comme Paul-Henry et Emma, ou le fait de découvrir de nouvelles activités. Bien évidemment, les aspects négatifs sont aussi présents et notamment concernant les cours à distance jugés difficiles. Lorsqu’ils se remémorent ces deux mois, ils parlent « d’épreuves », de « privation de sorties », « de coupures avec les amis ». En fait, c’est le manque de lien social physique qui a, le plus, pesé sur nos jeunes. C’est donc bien du manque que né l’envie ! Et c’est une bonne nouvelle à l’heure des réseaux sociaux et des relations virtuelles ! Les vrais échanges et le contact humain ont encore un bel avenir.

Leur avenir, ils le voient ensemble, solidaire et dans le respect des uns et des autres, mais aussi de l’environnement et de la planète. Après cet arrêt forcé des activités, ils espèrent une « reprise » de la vie. Ils aspirent à retrouver une certaine normalité, même si certains comme Enzo ou Alexis sont conscients que le monde sera marqué par le coronavirus et que des changements de mentalités et de comportements sont à attendre, mais que cela prendra du temps.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même