47 Magazine - 46 : Mai 2019

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

FRAD047_Carnaval_Agen_0001.jpg
Calmette-Marcel---haut-agenais-perigord_THI4127v2.jpg

Marcel Calmette, délégué à la culture et à la langue occitane.

Des suggestions pour cette rubrique ?


departement@lotetgaronne.fr

Retour En avant

Occitan

Le carnaval d’Agen

Lo carnaval d’Agen



Lo carnaval celebra lo passatge de l’ivèrn a la prima ont la natura se renovèla.

Èra un periòde de contestacion de l’òrdre establit. Lo daissar-anar e las transgressions èran toleradas per las autoritats. Lo carnaval se caracteriza pel pòrt de masquetas e autres travestiments. Tradicionalament, la fèsta acompanhada de cancons en occitan coma « adiu, paure carnaval » s’acaba pel jutjament del rei Carnaval acusat de totes los malastres de l’annada, condemnat e cremat.

Aquela fèsta populara carcanhèt las autoritats civilas e religiosas del sègle XVI a XVIII que crentavan de revòltas. Lo contengut subversiu foguèt ateunit quand carnaval foguèt pres en carga per las municipalitats partent del sègle XIX. I aguèt la parentèsi de las guèrras. L’atge d’aur del carnaval d’Agen remonta a las annadas 1960. Se parlava d’aquel temps de las « grandas fèstas del carnaval ». Los carris d’Agen davalavan lo baloard de la republica del Pin a Jansemin puèi fasián lo torn de vila. Los caps gròsses espaurugavan lo mond. Davant la molonada en finfa, i aviá de batalhas de confeti. Carnaval èra jutjat e cremat al Gravèr. Lo ser, un balèti plaça del mercat cobèrt seguissiá. Tota la vila viviá al ritme del darrièr dimenge de mars. Puèi lo carnaval desapareguèt mas contunhèt a Lairac. Tornèt naisser a ‘Gen a la debuta de las annadas 2000 gràcias a l’implicacion d’una associacion d’afogats. Ongan, lo carnaval d’Agen aculhís una animacion a l’encòp festiva e culturala : los Gigants de Dunquèrca, luènh de la cultura e de las tradicions agenesas.

Le carnaval d’Agen



Le carnaval célèbre le passage de l’hiver au printemps où la nature se renouvelle.

C’était une période de contestation de l’ordre établi. Le défoulement et les transgressions étaient tolérés par les autorités. Le carnaval se caractérise par le port de masques et autres travestissements. Traditionnellement, la fête accompagnée de chansons en occitan comme « adiu, paure carnaval » se termine par le jugement du roi carnaval accusé de tous les malheurs de l’année, condamné et brûlé.

Cette fête populaire inquiéta les autorités civiles et religieuses du XVIe au XVIIIe siècle qui craignaient des révoltes. Le contenu subversif fut atténué quand carnaval fut pris en charge par les municipalités à partir du XIXe siècle. Il y eut la parenthèse des guerres. L’âge d’or du carnaval d’Agen remonte aux années 1960. On parlait à l’époque des « grandes fêtes du carnaval ». Les chars d’Agen descendaient le boulevard de la République, du Pin à Jasmin puis faisaient le tour de la ville. Les grosses têtes effrayaient les gens. Devant la foule en liesse, il y avait des batailles de confettis. Carnaval était jugé et brûlé au Gravier. Le soir, un bal place du marché couvert suivait. Toute la ville vivait au rythme du dernier dimanche de mars. Puis le carnaval disparut mais continua à Layrac. Il ressuscita à Agen dans les années 2000 grâce à l’implication d’une association de passionnés. Cette année, le carnaval d’Agen a accueilli une animation à la fois festive et culturelle : les géants de Dunkerque, loin de la culture et des traditions agenaises.


Jean-Pierre Hilaire :

06 76 47 32 12


jean-pierre.hilaire@wanadoo.fr

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même