47 Magazine - 47 : Juillet 2019

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

DSCN6772.jpg
Calmette-Marcel---haut-agenais_800px_72dpi.jpg

Marcel Calmette, délégué à la culture et à la langue occitane.

Des suggestions pour cette rubrique ?

Partagez-nous vos idées en nous écrivant à 
departement@lotetgaronne.fr

Retour En avant

Occitan

Lo prunèl d’Agen

Lo prunèl, fruch emblematic d’Agen, venguèt de China pel camin de la seda fins a Damasc.

Los Grècs e los Romans avián descobèrt sas qualitats nutricionalas e ne consumissián.

La pruna de St Antonin alimentèt lo mercat fins al sègle 16en e 17en quand apareguèt la pruna d’empèut, dicha pruna d’Agen. Foguèt creada, segon la legenda, pels monges benedictins de Clairac. S’apèla d’Agen perque los mercadièrs l’expediavan del pòrt d’Agen.

Lo comèrci del prunèl se fasiá per Garona fins a Bordèu, puèi a Euròpa del Nòrd e la novèla França del Canada al sègle 18en. Los barrals de prunèls faguèron la renommada del prunèl d’Agen, en Africa del Sud, en Australia, al Chile, en Argentina, ont plantèron de prunièrs e de vinha.

Los cercaires d’aur en Califòrnia en 1849 manjavan de prunèls fachs amb de prunièrs venduts pels ortalièrs d’Agen e de Vilanuèva. Mai de 100 000 prunièrs per an pendent 10 ans foguèron crompats pels Californians.

A Agen, la pòrta St Antòni èra lo quartièr de las veituras de pòstas sul passatge de la rota de Bordèu a Tolosa en ligason amb Garona pel transpòrt de passatgièrs e de merças per batèu.

Puèi lo comèrci del prunèl se desplacèt dins lo quartièr pròche de la gara quand lo trin arribèt en 1856. En 2019, la produccion mondiala es la seguenta : 1èr productor, Califòrnia amb 90 000 tonas, 2gond Chile amb 80 000 tonas, 3esen França amb 45 000 tonas, 4en Argentina amb 35 000 tonas, Australia amb 4 000 tonas, Itàlia amb 1 500 tonas e Africa del Sud amb 1 000 tonas.





Le pruneau d’Agen

Le pruneau, fruit emblématique d’Agen, est arrivé de Chine par la route de la soie jusqu’à Damas.

Les Grecs et les Romains avaient découvert ses qualités nutritionnelles et en consommaient.

La prune de St Antonin alimenta le marché jusqu’au 16e et 17e siècle lorsqu’apparut la prune d’Ente, dite prune d’Agen. Elle a été créée, selon la légende, par les moines bénédictins de Clairac. On dit pruneau d’Agen parce que les marchands l’expédiaient du port d’Agen.

Le commerce du pruneau se faisait par la Garonne jusqu’à Bordeaux, puis l’Europe du Nord et la nouvelle France au Canada au 18e siècle.

Les barriques de pruneaux firent la renommée du pruneau d’Agen en Afrique du Sud, en Australie, au Chili, en Argentine, où on planta des pruniers et de la vigne.

Les chercheurs d’or en Californie en 1849 mangeaient des pruneaux faits avec des pruniers vendus par les horticulteurs d’Agen et de Villeneuve. Plus de 100 000 pruniers par an, pendant 10 ans furent achetés par les Californiens.

À Agen, la porte St Antoine était le quartier des voitures de poste sur le passage de la route de Bordeaux à Toulouse en liaison avec la Garonne pour le transport de passagers et de marchandises par bateau. Puis le commerce du pruneau se déplaça dans le quartier proche de la gare quand le train arriva en 1856.

En 2019, la production mondiale est la suivante : 1er producteur, la Californie avec 90 000 tonnes, 2e le Chili avec 80 000 tonnes, 3e la France avec 45 000 tonnes, 4e l’Argentine avec 35 000 tonnes, l’Australie avec 4 000 tonnes, l’Italie avec 1 500 tonnes et l’Afrique du Sud avec 1 000 tonnes.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même