47 Magazine - 45 : Février 2019

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

telex-fond-panorama-urbain-rural-4.JPG

Édito

PierreCamaniRVB.jpg

C'est une opportunité qui nous est offerte et il faut s'en saisir !

Confronté au malaise social qui secoue notre pays, le président de la République a fait le choix d’organiser un « grand débat national » pour tenter de dénouer la crise. C’est une opportunité qui nous est offerte et il faut s’en saisir.

Je mesure ce que traduit le mouvement des « gilets jaunes », au-delà des violences condamnables. Il exprime l’exaspération croissante de nos concitoyens face aux injustices sociales qui produisent une France à plusieurs vitesses. Avec mes collègues élus départementaux, je la comprends car, pour tout dire, je la ressens moi-même depuis de trop nombreuses années.

Exaspération face à l’abandon par l’État des départements ruraux qui ne disposent pas des ressources dynamiques des départements plus urbains. Exaspération d’autant plus forte que, malgré le travail considérable réalisé au sein de l’Assemblée des Départements de France par la commission des départements ruraux en difficultés que j’anime, le gouvernement n’y a apporté que des réponses très insuffisantes, notamment en termes financiers.

Les départements ruraux ne réclament aucun privilège, mais simplement davantage de justice. Ils ne veulent pas servir de variable d’ajustement. Car leur faire supporter les dépenses qui incombent à l’État, c’est aggraver la fracture territoriale dans notre pays. Ce n’est pas un hasard si la fronde sociale a pris sa plus grande ampleur dans la France dite périphérique et dans le monde rural.

Reconnaître le rôle essentiel des « corps intermédiaires », parmi lesquels les élus locaux, devra faire partie des leçons à tirer de la crise que nous traversons. Entre la commune, cellule de base de la démocratie, et les grandes régions en charge des stratégies d’aménagement, la collectivité départementale est un indispensable échelon de proximité qui s’empare, au plus proche des habitants, des problématiques locales.

À notre place, aux côtés des citoyens, dans le cadre du « grand débat national » en cours, nous, élus départementaux, ferons entendre notre voix pour que la ruralité, forte de tant d’atouts, soit enfin mieux considérée.

Pierre Camani
Président du Conseil départemental

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même