47 Magazine - 47 : Juillet 2019

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

_XCG9498.jpg
encadre-12e-femme-PR-NOs.jpg

La 12e femme présidente de Département en France. Le 27 mai, Sophie Borderie s’est rendue au Conseil départemental de La Vienne. Elle a rencontré ses homologues, président(e)s des Départements de la Nouvelle-Aquitaine.

Retour En avant

Sophie Borderie, Nouvelle présidente du conseil départemental

Dans les coulisses d'une élection

Vendredi 17 mai flottait à l’Hôtel du Département un vent de transition, de ceux qui suspendent le temps, qui figent l’instant entre deux époques. Chacun avait à l’esprit bien sûr les 11 années de présidence de Pierre Camani et les transformations importantes impulsées durant cette période pour le Lot-et-Garonne. Chacun pensait aussi à sa décision singulière et courageuse de passer le relais à une nouvelle génération en cours de mandat. Chacun commençait enfin à se projeter vers un futur proche, pensant à l’avenir de notre Département. À cet instant précis, commença l’appel des conseillers départementaux pour les inviter à déposer leur bulletin dans l’urne installée au centre de l’hémicycle.

Après l’exposé du déroulement de la séance par Line Lalaurie et l’appel de chaque conseiller départemental par Clémence Brandolin-Robert, qui endossaient ces fonctions pour l’occasion en raison de leurs statuts respectifs de doyenne et de benjamine de l’Assemblée, le vote pouvait commencer. Quelques minutes plus tard, le temps que chaque élu passe dans l’isoloir, dépose son bulletin dans l’urne et que l’on procède au dépouillement, le résultat est annoncé : Sophie Borderie est élue présidente, totalisant 26 voix, soit l’unanimité de la majorité départementale. Les applaudissements nourris et le moment d’émotion laisseront rapidement place à l’écoute attentive des premiers mots de la 12e femme à occuper cette fonction élective en France.

Nouvelle génération

Son prédécesseur, Pierre Camani, l’avait clairement exprimé. Il voulait passer le relais à la nouvelle génération. Avec Sophie Borderie, c’est désormais chose faite. Et la présidente de commencer par souligner qu’en passant ce relais « il [Pierre Camani] a voulu préparer le Lot-et-Garonne de demain. Je m’inscris dans ses pas, avec la volonté de poursuivre sur le chemin engagé, dans un esprit de travail collectif, en apportant ma vision et ma sensibilité personnelles ». Cette vision et cette sensibilité, ce sont d’abord celles d’une élue de terrain, impliquée dans la vie publique, qui a de l’expérience mais qui n’est pas une professionnelle de la politique et n’aspire pas à le devenir. Elle a d’ailleurs coutume de dire qu’elle est « une professionnelle qui fait de la politique et non une professionnelle de la politique ». Elle ajoute aussi, à l’attention de ceux qui verraient d’un mauvais œil le fait qu’elle poursuive une activité professionnelle à temps (très) partiel, qu’elle aime son métier, que c’est son « assurance anti-déconnexion » et qu’elle consacrera tout de même au moins 80 % de son temps au Département ! Au-delà de ce franc-parler, Sophie Borderie aborde son mandat avec « humilité » et « ambition au service du Lot-et-Garonne », précisant que « dans [sa] vie personnelle comme dans [sa] vie professionnelle, [son] regard se porte à hauteur d’homme et de femme. Ni en surplomb, ni tête basse ».

À la tête d’une équipe soudée

Sophie Borderie l’a dit d’emblée, elle s’inscrit « dans une majorité de projets », saluant ainsi le travail effectué par Pierre Camani à la tête du Département durant 11 années. De très nombreux projets sont réalisés, d’autres sont en cours…



La nouvelle présidente a à cœur de poursuivre l’impulsion donnée pour continuer de faire avancer le Lot-et-Garonne. Elle sait qu’elle peut compter pour cela sur une équipe soudée, représentant « des sensibilités multiples, toutes rassemblées autour d’un objectif commun : le développement du département et le bien-être de ses habitants ». Elle sait aussi qu’elle a à ses côtés des élus compétents, à l’image des membres de l’exécutif à qui elle a exprimé toute sa confiance dès ses premiers mots à la tribune. Elle entend perpétuer l’échange, la discussion et le travail collectif comme « marques de fabrique » de la majorité départementale.

Des convictions et une vision

Sophie Borderie, infirmière-anesthésiste de profession, sait ce que signifie le service public et le définit, en citant Jaurès, comme « le seul patrimoine de ceux qui n’en ont pas ». Tout en rendant hommage aux agents départementaux, elle aime à souligner l’importance d’un bon maillage territorial. Son credo : une vigilance particulière à ce qu’il n’y ait « pas de citoyens de seconde zone ». Aussi, elle entend faire des solidarités humaines et territoriales le premier outil de lutte contre les fractures territoriales, poursuivant en cela à sa façon le combat mené localement et nationalement par son prédécesseur. Au terme d’un propos déclinant la valeur de justice, elle conclut par ces mots : « Les Lot-et-garonnais méritent tout notre engagement. Le mien sera total. Au service du Lot et-Garonne et de ses habitants. »

De nouvelles responsabilités confiées à 3 élu(e)s

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même