47 Magazine - 52 : Janvier 2021

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

Capture-decran-2021-01-20-a-19.57.11.png Les installations existantes pour la collecte, le tri et le traitement des déchets

Chiffres clés

Près de 100 000 tonnes de déchets résiduels (sacs noirs et encombrants) enfouis en 2019

250 kg/hab/an de déchets ménagers résiduels (sacs noirs) produits en moyenne

budget-dechets-menagers.png

Ce que ça coûte ?

Coûts moyens par habitant et par an sur 2021 en Lot-et-Garonne, pour la collecte et le traitement des déchets ménagers résiduels (sacs noirs).

Tarification incitative (TI), quesako ?

Le service de collecte et de traitement des déchets ménagers est historiquement financé par la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) qui fait partie de la taxe foncière. Calculée en fonction de la valeur locative du logement, elle est totalement indépendante de la quantité de déchets produite par le foyer.

La Tarification incitative (TI) est un nouveau mode de financement du service qui consiste à faire payer les usagers selon les quantités de déchets qu’ils produisent. Ce système qui concerne déjà plusieurs millions de Français est très efficace pour inciter au tri et à la réduction des déchets. En moyenne, dans les collectivités où il est appliqué, les quantités d’emballages et papiers triés augmentent d’un tiers et les quantités de déchets non triés sont réduites d’un tiers, notamment avec le tri à la source des biodéchets.

La mise en place de la tarification incitative se fait sur plusieurs années avec des mesures d’accompagnement (information des usagers, développement de solutions de tri…) qui permettent aux citoyens de mieux maîtriser leur production de déchets et ainsi leurs factures.

Retour En avant

Déchets ménagers

Tous concernés !

En Lot-et-Garonne, près de 100 000 tonnes de déchets résiduels (sacs noirs et encombrants) sont enfouis chaque année1. Si le renforcement de la sensibilisation amorcée il y a une dizaine d’années a eu des effets positifs sur la réduction de ce volume, force est de constater que les chiffres stagnent désormais. Pourtant des marges de progrès importantes existent ! Avec la fermeture fin 2020 du centre d’enfouissement de Nicole qui a atteint ses capacités maximales et l’augmentation progressive au plan national de la Taxe générale sur les activités polluantes (TGAP), l’évidence s’impose : il nous faut collectivement réduire nos déchets, pour l’environnement et pour le porte-monnaie des Lot-et-Garonnais.

Aujourd’hui, nos déchets sont gérés à deux niveaux : les Communautés de communes et d’agglomération pour ce qui est de la collecte, le syndicat mixte ValOrizon² pour ce qui relève du tri, du traitement et de la valorisation (sauf pour la Communauté d’agglomération agenaise qui n’est pas membre du syndicat). Ces deux compétences sont intimement liées et au tout début de la chaîne se trouve un troisième acteur, l’habitant. Or, chaque Lot-et-Garonnais produit en moyenne environ 250 kg de déchets ménagers résiduels (sacs noirs) par an.

Prise de conscience

Si la fermeture du site d’enfouissement de Nicole a pu inquiéter, l’atteinte des capacités maximales déclenche en réalité aussi une prise de conscience. Ne sommes-nous pas capables collectivement de mieux faire, de produire moins de déchets et de mieux les valoriser ? Assurément ! À court terme, une solution a été trouvée pour traiter les 30 000 tonnes qui étaient enfouies sur le site de Nicole, en essayant de contenir le plus possible les coûts (notamment de transport). Deux tiers partiront sur le centre d’enfouissement de l’Albié (de manière dégressive sur 4 ans : 20 000 en 2021, 15 000 en 2022, 10 000 en 2023 et 5 000 en 2024), 5 000 seront exportés hors du département, et 1 à 2 000 tonnes seront dans l’immédiat traitées par l’incinérateur existant de l’Agenais. Ce scénario, qui permet de réduire de 1,5 M€ le surcoût initialement estimé, est rendu possible par l’engagement des collectivités membres de ValOrizon de réduire de 10 % le volume de ces déchets dès 2021. Mais il faudra aller plus loin…

http://www.47actus.fr/documents/graphique-dechets-menagers.png

2025 et au-delà

Le chemin à l’horizon 2025 est tracé : il s’agit de réduire encore de plus de 30 % d’ici là pour remplir l’objectif fixé par la loi de transition énergétique pour la croissance verte : un impératif pour l’environnement mais aussi pour le porte-monnaie des Lot-et-Garonnais, avec une TGAP que l’État va progressivement faire augmenter de 37 €/tonne aujourd’hui (elle était de 9 €/ tonne en 2008) à 65 €/tonne en 2025. Pour éviter la double peine, nous avons donc tout intérêt à faire baisser le volume de nos déchets résiduels et à prolonger cette dynamique au-delà de 2025. Pour cela, lors du comité syndical du 21 décembre dernier, les intercommunalités membres de ValOrizon se sont engagées à déployer progressivement la tarification incitative (voir ci-dessous). À elle seule, celle-ci conduit en moyenne à une réduction de 30 à 40 % des déchets ménagers résiduels, soit 25 à 30 000 tonnes/an, appliquée au Lot-et-Garonne. De quoi ouvrir des perspectives pour l’avenir.

Chiffres clés à découvrir Ce que ça coûte Tarification incitative (TI), quesako ?

1 Chiffre constaté sur l’année 2019
2 ValOrizon couvre une population de 242 662 habitants, répartis sur 2 Communautés d’agglomération, 7 Communautés de communes et un syndicat mixte de collecte, soit la totalité des collectivités de collecte en dehors de la Communauté d’agglomération agenaise qui n’est pas adhérente du syndicat.

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même