47 Magazine - 47 : Juillet 2019

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

IMG_7398.jpg

Infos pratiques

L’outil en main de l'Agenais
43, boulevard Édouard-Lacour à Agen
06 82 40 42 08
Permanence téléphonique du lundi au jeudi de 14 à 17h
www.loutilenmainfrance.fr

Retour En avant

Le coin du bénévole

Marcel Fréon, président de l'outil en main

Portée par des bénévoles et des passionnés, l’association L’outil en main de l’Agenais propose d’initier durant l’année scolaire, des enfants à une trentaine de métiers manuels. Entretien avec son président Marcel Fréon.

Quelles sont vos missions ?

Les mercredis ou certains samedis, nous accueillons, dans nos locaux ou chez nos partenaires, des enfants pour les éveiller aux métiers manuels. Une quarantaine d’anciens artisans et ouvriers leur enseigne une trentaine de disciplines. Ces bénévoles transmettent leurs savoir-faire et savoir-être. Ils communiquent sur les bons comportements à adopter et ils apprennent à respecter l'outil. Notre structure d'Agen, créée en 2010, appartient à l’Union nationale L’outil en main qui regroupe environ 180 associations en France. En Lot-et-Garonne, il en existe à Agen, Penne-d'Agenais, Montpezat, Marmande, Nérac et bientôt Fumel et Villeneuve. Nous accueillons 30 à 40 enfants âgés de 9 à 15 ans. La découverte des métiers manuels constitue une passerelle entre l’école et l’apprentissage.

Cette initiation inspire-t-elle des vocations ?

Le principe est une transmission intergénérationnelle entre le senior et l'enfant. Les ateliers hebdomadaires sont susceptibles de révéler des passions et ainsi de déclencher l’envie de s’orienter vers un métier manuel. Chaque bénévole prend un ou deux jeunes pour pouvoir les encadrer avec sécurité et attention. La première année, ils découvrent et touchent un maximum de professions. Pour cela, chaque semaine, ils changent de métier. La deuxième année, ils sont orientés vers les 2 ou 3 métiers qui les ont le plus attirés. L’objectif est d’apporter à des structures d’excellence, des enfants qui connaissent les bons côtés et les aléas des différents métiers.

Qu’entendez-vous par structures d’excellence ?

Nous travaillons avec les Compagnons du devoir et du Tour de France, la Chambre de métiers, le BTP-CFA. Nous proposons un large éventail de métiers autour du fil (broderie, couture, laine), de la coiffure, prothèse dentaire, cinématographie, informatique, électricité, plomberie, charpente, menuiserie, mosaïque, boulangerie, horlogerie, fleuriste, bijouterie... En revanche, nous manquons de bénévoles cuisiniers et pâtissiers…

Comment les enfants perçoivent-ils ces ateliers ?

Ils viennent avec joie découvrir le geste, la dextérité, travailler la matière. Ils sont fiers de se découvrir un talent, de réaliser de petites pièces ou ouvrages. Nous possédons des locaux équipés, mais nous recherchons un grand espace de 300 m² pour la rentrée car nous avons des enfants sur liste d’attente. Nous suivons ces jeunes trois ans. À la fin, quand ils décident de se tourner vers un métier manuel, c’est leur propre choix ! 43 % des enfants qui fréquentent nos ateliers en France optent pour une profession manuelle. Le 19 juin, nous avons remis à une quarantaine d’enfants un certificat d’initiation aux métiers manuels au Conseil départemental qui nous soutient.

Info pratiques

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même