47 Magazine - 57 : Juin 2022

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

graine-de-patron_XCD5624_9.jpg © Dép 47 - Xavier-Chambelland

CFA La Palme

2 impasse Morère 47000 Agen
05 53 77 23 62 www.cfa-artisanat47.fr

Espace Accueil Orientation
05 53 77 23 62 - 07 86 14 98 67 eao47@cma47.fr

Le CFA La Palme à Agen est un des plus vieux CFA de France. Depuis 1964, sa vocation est de former des apprentis pour qu’ils deviennent les chefs d’entreprise de demain. Plus de 50 % des chefs d’entreprise du département ont été formés à Agen.
Le 14 septembre de 14 h à 17 h, le centre ouvre ses portes pour vous faire découvrir ses 14 métiers.

Retour En avant

CFA La Palme

Graine de patron

Depuis 9 ans, le CFA La Palme à Agen organise l’opération Graine de patron. Le principe est simple : les apprentis d’aujourd’hui rencontrent les apprentis d’hier devenus patrons. Objectif : sensibiliser à la reprise-création d’entreprise avec des exemples concrets. Après avoir rencontré une coiffeuse, un boucher- charcutier et un mécanicien, les jeunes ont pu discuter, le 11 avril, avec René André, boulanger à Saint-Vite.

« Comment avez-­vous débuté ? » « Qui a rédigé les statuts de votre entreprise ? » « Qui vous a aidé à faire votre business plan ? » Voici quelques-unes des questions posées à René André par une vingtaine de jeunes apprentis du CFA. Le jeune boulanger de 24 ans (« au mois d’août », précise­-t­-il) n’a pas hésité une seconde à venir leur parler de son expérience. « Il y a quelques années, j’étais à votre place. J’ai fait un préapprentissage à 14 ans, puis j’ai été apprenti chez un patron. Cela s’est mal passé. J’ai abandonné et j’ai rebondi pour décrocher mon CAP en 2018. » Si à un moment donné, il s’est cherché et a multiplié les expériences chez des commerçants et pour des chaînes – « j’ai même été pizzaiolo... » ­ aujourd’hui, il sait parfaitement où il va. « En plein Covid le 15 décembre 2020, j’ai repris une boulangerie­-pâtisserie à Saint-Vite et maintenant, je suis en train d’en ouvrir une deuxième à Villeréal. »

Alors que l’âge moyen d’un repreneur­-créateur d’entreprise est de 30-35 ans, il fait figure d’exception. Il précise « qu’il n’y a pas de règles ni de timing. Il faut faire les choses à son rythme. » Lui a eu une opportunité et il l’a saisie. « J’avais un peu d’économies et je me suis lancé avant de tout cramer. » Ayant la tête sur les épaules, « les mains dans la farine » et les idées claires, il a aussi su s’entourer des bonnes personnes, comme son frère et sa sœur Anaïs, pâtissière et cogérante de Patiboul & Co de Saint-Vite. « C’est important d’écouter les conseils et d’aller chercher les soutiens là où ils sont. » Il a donc pu compter sur le pôle développement des entreprises et des territoires qui intervient partout en Lot­-et­-Garonne. « Ma conseillère m’a convaincu de ne pas acheter un bien que je convoitais. Et j’ai bien fait de l’écouter... » Claude Yonnet, responsable de ce pôle, insiste. « Nous sommes le poil à gratter des repreneurs­-créateurs. Nous posons les questions qui les poussent dans leurs retranchements. Notre job est de leur éviter, de vous éviter, de prendre des risques. » Tous les jeunes présents ont bien entendu que devenir patron n’est pas de tout repos, mais qu’ils ne sont pas seuls dans l’aventure. « Soyez fiers de vous. Ne restez pas dans votre bulle et apprenez, tous les jours... », conclut René.


Coordonnées Journée portes ouvertes

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même