47 Magazine - 45 : Février 2019

archives

Aide

Collapse

Uncollapse

WP_20170508_005.jpg
page16_XCG4943VF.png

Où trouver ces produits ?

• Directement à la ferme : mardi et vendredi de 17 à 19 h.
• Marchés : Pujols le dimanche matin et Villeneuve-sur-Lot le mercredi matin (marché bio)
• Magasins bio de Villeneuve
• Boulangeries de Saint-Quentin-du-Dropt, de Sainte-Livrade-sur-Lot et Villeneuve-sur-Lot

Opérations SUA

Cette année, le Département a programmé cinq opérations de promotion de produits locaux au stade Armandie. Après le fromage bio et le miel, c’est au tour des kiwis et des pommes bio d’être distribués et dégustés lors du match du 16 février.

Parole à Michel Artisié

Pourquoi avoir choisi de postuler au lot « légumes secs bio » de l’opération « Du 47 dans nos assiettes » ?

« Notre ferme est en bio depuis 1969. Mes parents n’avaient pas autant d’opportunités de débouchés qu’aujourd’hui. C’est pourquoi, j’ai répondu en octobre 2018 et j’ai été retenu pour le marché 2019. C’est un atout pour faire découvrir aux collégiens que notre département et ses paysans produisent des produits alimentaires très variés et inédits ! »


Est-ce que cela va changer votre mode de travail ?

« Cela va surtout avoir une incidence sur la logistique en termes de commande et la livraison. Nous avons mentionné dans l’appel que nous souhaitions un groupement des commandes pour avoir une vue d’ensemble de la quantité à préparer. C’est impératif pour notre petite structure. »


Michel Artisié, Producteur de légumes secs bio à Pujols depuis 10 années


Le Département s’engage...

Le groupement départemental d’achats alimentaires a procédé à un nouveau marché à partir de l’année 2019 pour 3 ans, concernant principalement le secteur des fruits et légumes frais, secs et surgelés.
Le lot Kiwis Bio a été attribué à Philippe Martin de Fauillet avec un engagement de 10 tonnes par an. Le lot Légumes secs bio a été attribué à Michel Artisié avec un engagement d’une tonne par an.
L’ensemble des fruits et légumes (conventionnels et bio) vient de l’établissement Sainfruit qui a proposé la signature de conventions tripartites avec les producteurs de Lot-et-Garonne qui fournissent cette société et le Département. Cette convention donnera aux producteurs une évaluation précise des volumes qui seront achetés par les collèges du département et garantira la traçabilité et l’origine du produit pour les collèges.
Le prochain marché 2020 renouvellera, pour une période de trois ans, l’ensemble des produits laitiers, les ovoproduits (produits à base d’œuf), les produits de la mer et d’eau douce frais, les produits de la mer surgelés et les produits d’épicerie et en conserves.

Retour En avant

LÉGUMES SECS BIO

Des nouveautés dans les assiettes

Les légumes secs bio (lentilles et pois chiches) de Pujols font leur entrée dans les restaurants scolaires du département. Ils poussent sur l’exploitation de la ferme de Nicoy de Michel et Cathy Artisié, détenteurs de ce nouveau lot de l’appel d’offres du groupement d’achats départemental. Aujourd’hui, 100 % des produits frais préparés dans les collèges publics sont issus de l’agriculture locale. Cette « prouesse » est le résultat de l’opération « Du 47 dans nos assiettes», menée depuis 2010 par le Conseil départemental. L’idée est de proposer aux jeunes demi-pensionnaires des menus mijotés avec des produits locaux, de saison et bio.

Tout le monde connaît la lentille verte du Puy-en-Velay. Mais, ce légume sec n’est pas cultivé qu’en Haute-Loire ! De plus en plus de producteurs bio lot-et-garonnais font également pousser cette légumineuse.


Si certains l’appellent « caviar végétal », c’est pour sa forme ronde qui peut faire penser à des œufs de poissons et parce que la lentille trône sur les tables depuis des siècles. Sa préparation la plus connue et répandue est certainement le classique « saucisse-lentilles ». Pourtant, elle se cuisine de bien d’autres façons : froide en salade, chaude en soupe ou en accompagnement d’une viande et même en farine pour des mets sucrés ou salés (cake, financiers, galettes, pain…). Marie-Christine Roux, cheffe cuisinière au collège de Miramont, la met régulièrement au menu. « Pas toutes les semaines, mais au moins tous les 15 jours. Les jeunes l’apprécient. À chaque repas, j’en prépare environ 4 kg. Je les achète toujours fraîches (sèches) et non en conserve. » C’est certainement pour cela que les fins gourmets collégiens la mangent avec plaisir. Elle est préparée avec amour, soin et assaisonnée avec goût.


Aussi, le lot « Légumes secs bio » a fait son entrée dans l’appel d’offres 2019 du groupement d’achats départemental. Cette structure garantit aux chefs cuisiniers de restauration collective que les produits qu’ils achètent viennent du Lot-et-Garonne ou de producteurs locaux. Depuis janvier, ils peuvent donc s’approvisionner en lentilles fraîches (sèches) directement auprès de Michel et de Cathy Artisié. Depuis 10 années, ils cultivent 5 hectares de lentilles vertes sur leur exploitation à Pujols. « Nous pensons livrer pour 2019, 800 kg de lentilles et 200 kg de pois chiches aux collèges. » Riche en protéine, la lentille fait partie de la famille des légumineuses. Elle est semée en mars sur un sol le plus plat possible pour faciliter la récolte. « La récolte se fait en juillet avec une moissonneuse batteuse, car en mûrissant et en séchant, la plante s’affaisse et touche donc le sol. Pour éviter cet inconvénient, la lentille est souvent cultivée en association avec une plante tutrice (cameline, lin, seigle ou avoine…). Les graines de chaque culture sont ensuite aisément séparées. » Aussitôt après la récolte, les lentilles sont pré-nettoyées pour sortir les impuretés. « Nous faisons de 3 à 5 triages pour arriver à une lentille prête à être consommée.
Elles peuvent être conservées au moins 12 mois. » Les plus belles graines sont destinées à la vente, les demi graines sont mises en farine, les petites servent de semence et les autres sont réservées aux animaux. « Nos poulets sont exclusivement nourris avec les graines cultivées sur l’exploitation : blé, seigle, sarrasin, tournesol, colza, petit épeautre, lin, féveroles. Nous alternons les cultures sur chacune de nos parcelles. C’est ce que l’on appelle une rotation de culture. » La Ferme de Nicoy est également détentrice du lot «  farine  » du groupement « Cluster pain bio ». Parmi leurs clients : des crêperies et des boulangeries des alentours de Pujols et bien sûr des consommateurs dans un rayon d’une trentaine de kilomètres.


Ferme bio de Nicoy
Lieu-dit Villes
47300 Pujols
earl.nicoy@orange.fr
05 53 70 01 09
06 87 43 44 32
www.ferme-bio-de-nicoy.fr


Où trouver ces produits ? Opérations SUA
Parole à Michel Artisié Le Département s’engage...

Orientez votre tablette horizontalement pour profiter des contenus enrichis.

splash.png Notre Emag ne prend pas en charge la lecture sur mobile pour le moment. Nous vous invitons à le consulter sur tablette ou ordinateur. Continuer tout de même